Monthly Archives: March 2010

Love in the Well-Tempered Clavier

Ne vous demandez pas qui je suis…

Je suis agitée. « Ne vous demandez pas qui je suis et ne me demandez pas de rester le même…laisser à nos bureaucrates et nos policiers pour voir que nos papiers sont en ordre. Au moins nous épargnons leur moralité quand on écrit ». C’est Foucault. Effectivement, il y a tant de moyens de créer, d’expérimenter, de prendre soin de soi-même. Le point essentiel, c’est d’enlever les œillères d’existence fragile pour voir encore une fois, la nouveauté de monde. J’ai hâte d’explorer des repères que nombreux philosophes nous ont passé. S’il faut devenir fou pour connaître ma particularité, alors, laissez-moi me noyer dans mes pensées, mais je sais que ce voyage de réflexion sera dur. On voit que depuis le début de l’histoire de la philosophie, beaucoup de grands penseurs, de Socrate à Althusser, ont terminé leurs vies dramatiquement et tragiquement. Peut-être la douleur d’être malentendus était trop pénible, peut-être ils étaient dévorés par le poison insistant de tristesse, peut-être leurs rêves étaient éclipsés par la réalité moche, peut-être se résigner était la seule façon d’échapper au chaos.

On ne peut que spéculer.
Pourtant, il y a une chose dont je suis sûre, c’est qu’ils avaient aimé la vie avec une passion féroce, que malgré tout désespoir, ils n’ont pas cessé de se poser des questions, de se disputer, de rechercher, d’écrire, de parler, de chanter, de rêver.

Malheureusement, comme toutes les histoires d’amour, des espérances ont échoués, des promesses n’ont pas été atteintes, le cœur s’est cassé.
C’est la vie.
Je reste une pessimiste, et je doute que je serai satisfaite avec les conditions de vie, mais je peux encore l’aimer. Nous devons être tous fous, puisque nous désirons embrasser la vie et ses sacrifices avec tant d’intensité même si de tout façon toute la sagesse est absurde et il n’y a d’accès que par la folie.
Mais, nous adorons la vie, malgré un manque de sens et souvent,  un manque de but.

Parce que la vie, c’est d’ÊTRE.

C’est vraiment doux d’être folle.

Do not ask me who I am…

I am restless. “Do not ask me who I am and do not ask me to remain the same…Let us leave it to our bureaucrats and our police to see that our papers are in order”, reflects Foucault in The Archaeology of Knowledge. Indeed there are many ways to experiment, to create or to take care of oneself. What is crucial is to lift off the blinders of unconscious existence to see once again the newness of the world. I cannot wait to explore, since many great philosophers have left behind so many markers for one to drift further along one’s own chosen path. If being mad means holding on to one’s particularity, I would most gladly drown myself in melancholy. Since the beginning of the history of philosophy, many great artists and thinkers from Socrates to Althusser, have ended their lives in dramatic and tragic ways. Maybe the pain of being misunderstood was too hard to bear, maybe they were consumed by the silent insistent poison of loneliness, maybe their ideals have been overshadowed by the ugliness of reality, maybe giving up was the only way out of all that chaos. One can only speculate. But one thing I am sure of is that they have all loved life with a fierce passion. They have been so deliriously in love with life that in all desperation, they never ceased to question, to argue, to seek, to spread the word, to write the truth and to dream their vision of the perfect world. Imagine standing vis-à-vis with an unsympathetic and cruel crowd, who not listening, are ready to cast stones of condemnation even as you remain unwavering in your ideas, how deep the disappointment must be.
Yes indeed, unfortunately, like all love stories, expectations fail, promises are unfulfilled, and the vulnerable heart is broken. I remain pessimistic and I doubt that I will ever be truly satisfied with the conditions of life, but that does not mean I cannot love it. We must all be mad to embrace life and its sacrifices so intensely even though all knowledge is absurd anyway and one cannot access the perfect wisdom except through one’s madness. Yet, we love life for all the freedom it brings, despite its lack of meaning and purpose.

Because life simply is.
It is indeed sweet to be mad.

16 Comments

Filed under Thots